Dire les violences patriarcales (1): parole testimoniale et libération de la parole

J’inaugure ici une série sur la façon dont se disent les violences patriarcales dans la littérature contemporaine à l’aune du grand récit contemporain de la « libération de la parole ». À travers une lecture de La familia grande de Camille Kouchner, je propose d’examiner dans ce premier billet comment la parole testimoniale est condamnée à répondre au schéma, à mon sens problématique, de la libération de la parole.

Une expression problématique

Depuis quelques années maintenant, les réseaux sociaux et particulièrement Twitter constituent une plateforme sur laquelle les victimes d’agressions sexuelles se rendent visibles: les hashtags #AgressionNonDénoncée au Québec en 2014 (qui faisait suite à #BeenRapedNeverReported aux États-Unis),  #MeToo en 2017, et jusqu’aux #MeTooGay et #MeTooInceste de ce début 2021, permettent une visibilisation de l’ampleur des violences sexuelles patriarcales. Le phénomène a volontiers été célébré comme une « libération de la parole ». Cette expression me semble problématique, et surtout symptomatique dans les problèmes qu’elle pose.

Le reproche le plus évident qu’on puisse lui faire, c’est qu’elle passe sous silence les actrices: on ne sait pas qui agit dans cette « libération », ni même qui parle! On ignore tout aussi bien ce qui tenait auparavant la parole prisonnière. L’expression, alors même qu’elle célèbre la publicisation du discours de victimes de violences patriarcales, la dépolitise en invisibilisant ses acteurs et les rapports de domination que ces témoignages visent pourtant à ébranler. Ensuite, cet effacement a pour corollaire une croyance hypertrophiée dans les pouvoirs du langage: la « libération de la parole » se donne comme une fin suffisante, comme si le fait de dire réparait, guérissait, ou même faisait entendre. Or, comme le note Marylin Maeso, loin s’en faut du témoignage à l’écoute:

les affaires d’agressions sexuelles qui ont récemment incriminé Patrick Poivre d’Arvor et Pierre Ménès, comme d’autres figures médiatiques avant eux, sont un rappel à la réalité permanent pour ceux qui croient aux pouvoirs magiques du témoignage: une parole mal accueillie reste au seuil des consciences. C’est ainsi que tout un milieu peut être au courant de faits graves qui se produisent sous son nez et choisir d’ignorer les appels au secours des personnes qui les subissent1.

Enfin, la « libération de la parole » se fait volontiers injonction à parler; or, ce n’est pas n’importe quelle parole qui est ainsi appelée à la liberté. Sandra Muller, qui a lancé #BalanceTonPorc en a fait les frais: dire #MeToo, oui, mais balancer, ça non! C’est trop! Y compris pour des gens « de gauche »2.

La familia grande: une scène d’énonciation médiatique

Le livre de Camille Kouchner publié en début d’année témoignant du viol de son frère « Victor » par son beau-père, le pénaliste Olivier Duhamel, est particulièrement intéressant à l’égard de ce phénomène; en effet, il s’inscrit dans une scène d’énonciation médiatique qu’il peut être profitable d’esquisser. J’en vois au moins deux dimensions.

D’abord, si le livre paraît au Seuil le 7 janvier 2021, dès le 4 janvier les bonnes feuilles paraissent dans le journal Le Monde3, accompagnées de deux articles d’Ariane Chemin4). Avant même sa sortie en librairies, le livre est annoncé et son contenu révélé. Accusant de viol une personnalité publique, il appelle un débat médiatique, qui ne manque pas de se tenir: sur les plateaux télés et radios, on interroge les invité.es sur « l’affaire Duhamel »5. Camille Kouchner elle-même témoigne sur la plateau de l’émission La Grande Librairie le 13 janvier6. Dans la mesure où le crime dont est accusé Duhamel est prescrit, le procès se joue sur la scène médiatique, et c’est, je crois, l’un des objectifs du livre et la fonction de la scène d’énonciation dans laquelle il s’inscrit. Autrement dit, le livre a un hors champ médiatique dont on ne peut faire l’économie si l’on désire en comprendre les enjeux et les effets, bref la rhétorique.

Ensuite, dès le 14 janvier, à l’initiative d’une des membres du collectif Nous Toutes, les témoignages se multiplient sur Twitter sous le hashtag #MeTooInceste, sanctionnant et prolongeant la « libération de la parole » que représente La familia grande7. D’un côté, les plateaux de radio et de télévision multiplient les interviews sur « l’affaire Duhamel », de l’autre, des internautes, personnalités publiques et anonymes, se saisissent de ce moment médiatique pour témoigner et rendre visible l’étendue des violences incestueuses.

Le récit d’une libération de la parole

Le livre de Camille Kouchner témoigne du viol de son frère jumeau, « Victor », par son beau-père, Olivier Duhamel. Il raconte surtout la « familia grande »: les parents, leurs nombreux amis, la gauche (plutôt) radicale puis (carrément) caviar, le mode de vie bohème de ces grands bourgeois cherchant avec acharnement à vivre, jouir et mourir sans entrave, aucune. Bref, le livre brosse le portrait d’une famille et derrière elle d’un milieu dont l’idéal libertaire aurait permis abus en tous genres8.

Le livre est divisé en quatre: après une première partie dédiée à l’histoire des parents et à l’enfance, une deuxième section raconte les violences subies à l’adolescence par Victor et le silence qui les accompagne; la troisième partie retrace le processus ayant permis à Camille Kouchner de dire ces violences et, par extension, d’écrire son livre. La quatrième et dernière partie forme un épilogue affirmant la culpabilité du beau-père mais aussi de la mère qui, une fois mise au courant des agissements de son mari, n’a rien fait. Plus que les faits eux-mêmes, qui n’occupent que quelques pages (p.105-107), c’est l’histoire d’un silence que raconte La familia grande, au point qu’on peut comprendre tout ce qui suit le récit des faits comme le récit téléologique d’une libération de la parole. Tenue au secret par son frère, Camille voit changer au fil du temps sa compréhension des faits et sa conscience de sa propre implication dans les violences subies par son frère.

La culpabilité est comme un serpent. On s’attend à ce qu’elle se déploie en réaction à certains stimuli mais on ne sait pas toujours quand elle viendra vous paralyser. Elle fait son chemin, trace ses voies. La culpabilité s’est immiscée en moi comme un poison et a bientôt envahi tout l’espace de mon cerveau et de mon cœur. La culpabilité se déplace d’objet en objet. Elle se greffe plusieurs visages et vous fait regretter tout et n’importe quoi. Ma culpabilité a plusieurs âges. Elle fête tous ses anniversaires en même temps que moi. Ma culpabilité est ma jumelle. Une nouvelle gémellité. (p.108)

Ainsi décrit-elle, au fil des âges et des années, la maturation lente mais certaine de sa culpabilité. D’abord, la « culpabilité naît du mensonge »: « Je mens à ma mère et je n’aime pas ça » (p.108). Puis ce sont les « années de coupable adoration » du beau-père (p.116), durant lesquelles affleure chez la narratrice la conscience de sa propre ambivalence, jusqu’à cet aveu: « Pendant toutes ces années, plus que me taire, j’ai protégé mon beau-père » (p.116). Enfin, « l’hydre montre un nouveau visage. Dans nos silences, nos regards échangés, le serpent mord. Je suis coupable d’avoir participé » (p.124). Le silence est ainsi dramatisé comme favorisant l’évolution d’une très lente prise de conscience: la culpabilité enfantine de l’adolescente mentant à sa mère se métamorphose en une culpabilité ambivalente chez la jeune adulte, pour enfin aboutir à la conscience d’avoir « participé »: « en ne désignant pas ce qui arrivait, j’ai participé à l’inceste » (p.124). À travers cette gradation, Camille Kouchner met en scène une temporalité en tension, qui ne peut aboutir qu’à la « libération de la parole »: devenu de plus en plus intenable, le silence est appelé à être brisé.

« Il fallait parler »

On n’est donc pas surpris de retrouver le motif de la « libération de la parole » sous une forme déontique au début de la troisième partie: « Il fallait parler » (p.137). C’est le passage de sa position de fille à une fonction maternelle auprès du fils de son compagnon, qui amène la narratrice à se formuler cette injonction. La parole se déploie alors, encore une fois de manière graduelle:

Après plus de dix ans, j’ai choisi de dire. Pas à tout le monde, évidemment. J’ai dit à l’homme que j’aimais. Sans doute avec les mauvais mots. Mon esprit n’était pas prêt, je ne savais rien formuler. (p.138)

La parole se libère progressivement: Camille ne parle d’abord qu’à l’homme qui partage sa vie, au père de l’enfant qu’elle veut protéger en parlant, et « pas à tout le monde, évidemment »: cela, elle le fera plus tard, avec son livre. Le récit, en retraçant le passage du silence à la publicisation des violences subies, suit une logique téléologique qui va dans le sens du grand récit de la libération de la parole: c’est le processus de libération qui intéresse l’autrice — ses étapes, ses éléments déclencheurs —, plus que la matière de la parole capable de dire les violences subies. Il est intéressant de noter que Camille Kouchner attire l’attention dans le passage précédent sur la complexité de cette parole: c’est « sans doute avec les mauvais mots » qu’elle témoigne; « je ne savais rien formuler » ajoute-t-elle. Elle note donc bien une difficulté à témoigner, sans pourtant s’y appesantir. Comme le laisse présager la remarque selon laquelle « mon esprit n’était pas prêt », cette difficulté est attribuée à un manque de maturité de la parole testimoniale, manque auquel le temps, une fois de plus, remédierait naturellement.

Les années passent, et les langues se délient doucement à la faveur des naissances: Victor, encouragé par sa sœur, parle d’abord à sa femme avec laquelle il vient d’avoir un deuxième garçon; puis alors qu’il veut envoyer son fils de deux ans et demi en vacances « seul à Sanary » (p.158), c’est Colin, le frère aîné, qui est mis au courant; enfin, Camille accouche d’un garçon: « Nous avons eu un fils et, enfin, j’ai réalisé » (p.162). La naissance de cet enfant est présentée comme provoquant la prise de conscience pleine et entière des faits par l’autrice: elle enjoint son frère à mettre au courant leur mère; il le fait. À partir de là, le récit téléologique de la libération de la parole semble fini: la parole est libérée, elle a atteint la principale intéressée — la mère. Sauf que cette libération ne change rien: « Une année passe, et rien ne se passe » (p.166) résume la narratrice. Celle-ci raconte alors les défenses élevées contre le témoignage de son frère par la familia grande:

Très vite, le microcosme des gens de pouvoir, Saint-Germain-des-Prés, a été informé. Beaucoup savaient et la plupart ont fait comme si de rien n’était. Certains commentaient: « Tout de même, ce qu’il y a de dégueulasse dans cette histoire, c’est que c’est pédé, non? » L’un des enfants de la familia grande m’a rapporté la réaction de ses parents: « L’inceste, il ne faut pas. Mais crier avec la meute, certainement pas! » Quelle meute? (p.172)

Ou encore les dénégations du beau-père que tous et toutes sont trop heureux de croire:

Les Sanaryens, la familia grande ont disparu, très peu nous ont reparlé. […] Je n’avais pas anticipé que, pour se dédouaner, le beau-père inventerait une histoire d’amour, la reprocherait à mon frère, et que certains d’entre eux le croiraient. Certaines surtout, précieuses si ridicules. Si cruelles. (p.172)

C’est contre cette réaction de déni que le livre s’élève. Camille Kouchner offre en fait une triple réponse à la surdité de sa mère et des amis de la famille; d’abord, elle donne une leçon de droit pénal à son beau-père (« je vais t’expliquer à toi, qui professes sur les ondes… », p.167-170, passage reproduit dans Le Monde, le 4 janvier 2021); ensuite, à travers la composition même de son livre, elle offre un contrepoint positif et réparateur à la réaction destructrice de sa mère et de la familia grande; enfin, l’écriture même du livre, sa publication dans une grande maison d’édition, l’événement médiatique que constitue sa parution sont une réponse offensive au « silence des Sanaryens » (p.171) ayant d’abord suivi le témoignage de Victor.

Une parole réparatrice?

Pour  finir, j’aimerais examiner de plus près en quoi La familia grande ressortit d’une croyance en la fonction réparatrice de la parole.

Alors que la fin de la troisième partie du livre décrit le silence nouveau découlant du témoignage de Victor à sa mère — silence de la mère, silence des amis, silence de la familia grande —, la quatrième partie s’ouvre sur le récit de deux rendez-vous entre les enfants Kouchner et leur conseil. Scène réparatrice, elle oppose une réfutation sans appel aux dénégations qui précèdent. Le contraste entre la parole des parents et celle des conseils est encore accentué par le fait que tout cela se passe entre gens de loi! Ce que le texte se plait à souligner en entretenant une certaine indétermination quant au référent du tout début de la quatrième partie:

De grands pénalistes. Ténors du barreau. Je les ai choisis exprès. Premiers dans la liste des meilleurs cabinets. Il fallait bien tenter de faire contrepoids. Il fallait bien tenter de contrebalancer la réputation de mon beau-père et celle de ma mère, ces grands professeurs de droit. (p.177)

Ce n’est qu’à la cinquième phrase, avec le terme « contrepoids », que la distinction entre ces « grands pénalistes », « ténors du barreau » et les parents devient claire, avant d’être explicitée à la phrase suivante. Afin de comprendre précisément le fonctionnement réparateur de cette scène, regardons-y de plus près. Ce qui m’intéresse particulièrement, c’est la façon dont le récit met en scène la parole testimoniale et sa réception. Cela concerne deux passages de ce chapitre.

Quand Évelyne est morte, Colin, Victor et moi avons pris rendez-vous [avec les ténors du barreau auxquels il a été fait allusion plus haut]. Nous leur avons raconté ce qui était arrivé. Nous leur avons raconté le contexte aussi. Nous avons tenté de ne rien oublier. L’associée du cabinet a pris un peu de temps, a demandé à Victor de bien tout préciser. Elle nous a demandé d’essayer de dire qui savait et depuis quand. Elle nous a ensuite fixé un autre rendez-vous, quelques jours après, pour pouvoir travailler le dossier. (p.177)

Ce qui est frappant dans ce passage, c’est combien la parole testimoniale pourtant plongée dans un contexte juridique susceptible de la mettre en crise apparaît peu problématique. Si peu problématique, d’ailleurs, que c’est une parole univoque, collective qui se fait entendre à travers la répétition du « nous »; Victor, lui, n’est sollicité qu’une seule fois pour « tout préciser ». Aussi difficile, voire impossible, qu’apparaisse cette demande — comment « préciser » les faits après tant d’années et de silence? comment « tout préciser »? —, l’ellipse de la réponse de Victor laisse entendre que celui-ci y répond sans problème. Les seuls éléments suggérant une parole en décalage avec les attentes de l’oreille du droit résident dans l’emploi des verbes tenter et essayer, qui font signe vers un échec possible de la parole testimoniale.

À la page suivante, l’autrice met en scène le second rendez-vous avec les avocats:

Grande table en verre. Chacun s’assoit. On peut commencer. Verbe franc, voix posée, la cheffe du cabinet prend la parole:  » Avant de commencer, je veux lever toute équivoque. » Elle se tourne vers Victor et sa voix emplit tout l’espace: « Vous avez été victime d’un crime, monsieur. J’ai écouté ce que vous m’avez raconté, votre affaire est très claire. J’ai cherché d’autres dossiers où dans le même contexte, aux mêmes âges et avec les mêmes faits, le beau-père a été largement condamné. Vous avez été victime d’inceste, monsieur. Et qu’importe qu’il essaye de dire que vous n’avez pas tenté de résister. Qu’importe qu’il essaye de dire que vous étiez plus âgé. C’est toujours pareil, dans tous ces dossiers. À mon sens, votre beau-père est coupable et il devrait aller en prison. » (p.178)

D’une page à l’autre, d’un extrait à l’autre, tout doute, mais avec lui toute ambivalence, toute question même quant à la nature de la parole testimoniale a été écartée. Le texte y insiste qui met en scène la « cheffe du cabinet » au « verbe franc », confirmant la description d’elle-même en commençant par ces mots: « Avant de commencer, je veux lever toute équivoque », et plus loin: « votre affaire est très claire ». L’isotopie de la tentative est désormais du côté du coupable: c’est lui qui « essaye », les bons, eux, ont le droit avec eux. Si le discours de l’avocate est si convaincant, grisant même, tant il s’agit de la défense de la victime qu’on attend depuis le début, c’est qu’il met en œuvre une argumentation solide: après une exorde destinée à donner de l’importance à son propos en le faisant sortir d’une temporalité linéaire9, l’avocate propose une narration réparatrice: « Vous avez été victime d’un crime, monsieur », redoublée, après l’apport des preuves, par « Vous avez été victime d’inceste, monsieur » (le parallélisme et l’adresse participant de l’emphase et de l’efficacité du discours). La narration et les preuves sont suivies d’une réfutation, elle aussi construite sur un parallélisme avec l’anaphore de « qu’importe ». L’avocate finit par une péroraison qui conclut à la culpabilité sans appel du beau-père, non sans pathos puisqu’elle s’implique dans cette condamnation en précisant « à mon sens » et à travers l’utilisation du conditionnel (« devrait »). Notons enfin que ce morceau d’éloquence comporte également sa part d’actio: l’insistance sur le ton ainsi que la mention de la posture de l’avocate (« elle se tourne vers Victor ») révèlent un discours habité et persuasif qui contraste avec le silence qui a suivi, à la fin de la troisième partie, les révélations de Victor à sa mère. L’efficace du discours est sanctionnée par le paragraphe suivant qui décrit l’effet des « mots, ces mots » sur la narratrice et finalement sur son frère. Le paragraphe conclut:

Les mots, ces mots, trente ans plus tard, qui, je l’espère, forgent la détermination de Victor, finissent par le convaincre qu’il a le droit de se plaindre. (p.179)

Cette scène repose doublement sur le pouvoir réparateur de la parole. D’abord, au simple niveau de la diégèse, les mots de l’avocate sont mis en scène comme ayant véritablement un pouvoir réparateur sur la narratrice, ainsi décrit-elle sa réaction au discours de l’avocate:

Mon souffle s’arrête. Mon corps est complètement crispé. Même l’hydre, qui avait entamé sa danse, reste en l’air, totalement paralysée. (p.178-179)

Et plus loin:

À l’intérieur de moi, un torrent de larmes s’abat, ce torrent que l’hydre n’a cessé d’emplir depuis mes 14 ans. En moi, j’entends un flot déchaîné. (p.179)

D’abord « paralysée », « l’hydre » figurant la culpabilité de la narratrice voit ici son pouvoir contrebalancée par un effort contraire, son mouvement d’emplissement contré par un « torrent » provoqué par le discours de l’avocate. La scène est donc réparatrice d’abord et surtout parce qu’elle met en scène une parole salvatrice, longtemps attendue, enfin trouvée, qui donne aux victimes la reconnaissance dont elles ont besoin. Mais la scène semble également souscrire au pouvoir réparateur de la parole dans la mesure où elle constitue une scène presque idyllique, scène idéalisée de reconnaissance de la parole des victimes, venant réparer la scène de surdité précédente. Parmi les indices déjà remarqués qui participent de l’idéalisation de la scène, on peut citer tout ce qui construit la parole des victimes comme non problématique au regard d’attentes judiciaires10 — il suffirait donc de « racont[er] » pour être cru.e — , et la mise en scène du discours de l’avocate au discours direct, comme un discours non seulement convaincant mais comme un discours auquel on peut se fier. La façon dont est caractérisée l’oratrice participe en fait à sa construction comme figure d’autorité digne de confiance: dépassionnée — « voix posée » —, professionnelle — « J’ai écouté ce que vous m’avez raconté », « J’ai cherché d’autres dossiers » —, elle est présentée comme capable de juger de manière objective et juste. Son verdict a donc un poids inestimable. Déléguer la condamnation du beau-père à ce personnage tiers constitue pour l’autrice un moyen efficace d’emporter l’adhésion du lecteur. C’est aussi répondre par l’écriture au déni et au silence de tout un milieu confronté aux violences perpétrées par l’un des siens.

La familia grande s’achève sur une lettre de Camille à sa mère décédée. Il y aurait beaucoup à dire sur cette lettre, distinguée du reste du récit par l’usage de l’italique, qui fonctionne comme une péroraison en règle: rappels des enjeux du livre — culpabilité du beau-père mais aussi de la mère, violences subies par Victor mais aussi par Camille —, appel à l’affectif à travers l’adresse à « maman » et la mise en scène de l’enfance victime. Elle se clôt sur une phrase symptomatique quant aux affinités du livre avec le grand récit de la libération de la parole:

Je serai toujours la mieux placée pour comprendre l’irrationnelle culpabilité de Victor. J’ai vécu avec la mienne, chaque jour, pendant trente années.

Jusqu’à ce que la petite fille alerte et amusée que j’étais se libère de sa mère, et tente d’empoisonner l’hydre en achevant ce livre. (p.204)

La dernière phrase du livre définit son écriture comme une double entreprise de libération et de réparation11. Elle confirme ainsi son inscription dans un paradigme téléologique selon lequel la parole doit être libérée pour que les victimes puissent guérir. Si ce paradigme n’est ni bon ni mauvais, précisons-le!, il domine très certainement la façon dont on dit les violences patriarcales aujourd’hui. Il produit ainsi une norme du récit entendable, recevable, publiable même, qui occulte d’autres modes de récits, d’autres paroles, voire d’autres expériences. J’ai essayé de montrer ici comment l’inscription dans une téléologie visant à la « libération de la parole » concentrait les enjeux autour du dire plutôt qu’autour du comment dire. C’est, à mon sens, la spécificité d’une écriture testimoniale destinée à une scène médiatique: faite pour le débat public, la parole relayée et mise en scène dans un livre comme celui de Camille Kouchner ne peut s’offrir le luxe de l’opacité12. Au contraire, le roman aborde la question des violences patriarcales précisément par le biais du comment dire; à mille lieux d’une parole évidente, transparente, claire, la littérature de fiction travaille la matière même de la parole disant les violences patriarcales. Nous le verrons dans le prochain billet à travers l’étude de deux exemples: L’apparition du chevreuil d’Élise Turcotte (paru en 2019), et De mon plein gré de Mathilde Forget (2021).

  1. https://www.lexpress.fr/actualite/idees-et-debats/marylin-maeso-la-liberation-de-la-parole-une-liberte-conditionnelle_2147577.html []
  2. Voir, par exemple, cet article: https://www.liberation.fr/france/2017/10/16/harcelement-sexuel-une-culpabilite-ne-se-decrete-pas-sur-les-reseaux-sociaux_1603609/ []
  3. https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/01/04/camille-kouchner-a-olivier-duhamel-tu-les-vois-les-angoisses-qui-nous-hantent-depuis_6065169_3224.html []
  4. Une longue enquête (https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/01/04/olivier-duhamel-l-inceste-et-les-enfants-du-silence_6065166_3224.html) et un article plus court (https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/01/04/la-familia-grande-autopsie-d-un-inceste_6065168_3224.html []
  5. Jack Lang, par exemple, qui passe sur Europe 1 le 18 janvier: https://www.europe1.fr/emissions/linterview-politique-de-8h20/jack-lang-je-combats-et-jai-combattu-linceste-et-la-pedophilie-4019146 []
  6. https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement-sexuel/affaire-olivier-duhamel/video-l-inceste-est-partout-camille-kouchner-qui-accuse-olivier-duhamel-d-avoir-viole-son-frere-temoigne-sur-france-5_4256379.html []
  7. https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/paris/temoignage-on-se-sent-sale-on-se-degoute-soi-meme-on-se-dit-que-on-est-indigne-1916930.html []
  8. Outre les viols dont son frère a été la victime, Camille Kouchner raconte des faits d’attouchements et d’abus à son encontre mais également touchant d’autres enfants. []
  9. En réalité, ce qui suit la première phrase ne constitue pas un préambule comme le suggèrent les mots « avant de commencer »; cette précision n’est là que pour donner plus de poids à ce qui suit en l’exceptant d’une certaine logique temporelle du discours qui le mettrait sur le même plan que d’autres éléments. Ainsi, dire « d’abord X, ensuite Y, enfin Z » met X, Y et Z sur un plan d’égalité logique, ce que l’avocate semble récuser ici. []
  10. Alors même qu’on connaît la difficulté pour la plupart des victimes, quelles qu’elles soient, de produire un récit correspondant aux critères de vraisemblance de leurs interlocuteurs, qu’on pense aux récits que les personnes demandant l’asile doivent fournir à l’OFPRA, par exemple. []
  11. « empoisonner l’hydre », c’est bien guérir du mal dont la narratrice souffre depuis ses 14 ans. []
  12. Rappelons les mots mis dans la bouche de l’avocate: « votre affaire est très claire ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.