La tentation de la référence (1): enseigner des textes représentant des violences misogynes et sexuelles

Ce billet inaugure une série sur l’enseignement des textes représentant des violences misogynes et sexuelles, écrite il y a deux ans mais encore, à bien des égards, en chantier. J’y propose la lecture d’une nouvelle de Marguerite de Navarre par une autre nouvelle de l’Heptaméron (ce que j’appelle, avec Nancy K. Miller, la « lecture par paires »).

Comme souvent, tout est parti d’une situation d’enseignement : alors que j’enseignais le commentaire de texte à des étudiant.es de première année, certain.es ont lu une nouvelle comique de l’Heptaméron (la nouvelle 35) comme une histoire tragique, au motif qu’il s’agissait d’un mari battant sa femme adultère. Cette lecture relève de deux phénomènes, bien connus des enseignant.es de lettres : d’abord, elle repose sur une compréhension référentialiste de la littérature ; ensuite, elle témoigne de la tentation d’analyser des textes anciens en des termes contemporains, tout particulièrement lorsqu’il s’agit de ce qu’on appelle largement désormais les violences faites aux femmes. Au-delà de ce constat, ce qui m’a intéressée dans cette confusion, c’est qu’elle recoupe également des enjeux complexes et aujourd’hui vivement discutés en France, de transmission et de lecture de la littérature classique. Deux courants en particulier me semblent se croiser ici : d’une part, celui mené par Hélène Merlin-Kajman et le Mouvement Transitions qui tente de penser les conditions de possibilité d’une transmission non traumatique de la littérature ; d’autre part, celui d’une interrogation féministe et militante sur les modes d’enseignement d’un canon littéraire truffé de récits de violences sexuelles. 

L’Heptaméron consiste en un récit-cadre et des histoires que chaque personnage narre à son tour. Le récit-cadre, développé dans le prologue puis la discussion qui suit chaque histoire, met en scène une assemblée de personnes nobles, cinq hommes et cinq femmes, qui, ayant réchappé miraculeusement d’un déluge et trouvé refuge dans un monastère, attendent qu’un pont soit construit pour qu’elles puissent s’en retourner chez elles. Afin de passer le temps agréablement, elles ont inventé d’écouter l’histoire sainte tous les matins, et de se raconter des histoires véritables l’après-midi ; le livre est ainsi rythmé par des journées de dix nouvelles chacune. La nouvelle 35, prise en charge par le personnage de Hircan, montre les ruses déployées par un mari « prudent » pour faire passer à sa femme l’envie de le tromper avec un Cordelier. Une femme vertueuse mais manquant de sagesse se prend d’un désir brûlant pour un Cordelier ; confondant son désir avec une foi ardente, elle s’y complait, et va jusqu’à avouer sa passion au prêtre. Le mari, dont la « prudence » contraste avec la « folie » de son épouse, intercepte le message, et correspond ainsi avec sa propre femme sous le nom du Cordelier. Quelques temps après, la femme propose un rendez-vous : le mari accepte et s’y rend sous les traits du Cordelier ; là, il bat sa femme. Feignant de revenir de voyage le lendemain, il trouve sa femme au lit jurant de ne plus jamais revoir le prêtre. Fort content de sa ruse, il invite le prêtre chez lui, afin, dit-il, que celui-ci chasse le diable du corps de sa femme qu’il croit possédée. Et en effet, lorsque l’épouse est laissée seule avec le Cordelier, elle devient furie et le traite de tous les noms tout en essayant de le mordre. Elle se calme tout à fait quand le mari entre dans la pièce, ce qui fait croire au Cordelier que son exorcisme a bien fonctionné. Le prêtre s’en retourne louant Dieu, et le mari se garde bien de révéler son stratagème à sa femme, qui, ayant compris la leçon, retourne avec bonheur à ses devoirs conjugaux. L’histoire est suivie, comme toujours dans l’Heptaméron, d’une discussion entre les personnages du récit-cadre à propos de la nouvelle. 

C’est à dessein que j’ai choisi d’aborder les questions de l’enseignement de textes classiques comprenant des violences sexuelles par le biais d’un texte bénin au regard d’autres nouvelles1, à la fois en ce qu’il ne dépeint pas explicitement une scène de viol ni de tentative de viol, et qu’il relève du registre comique. Par là, cette étude se distingue de la plupart des travaux sur les violences sexuelles dans les textes littéraires en général, et dans l’Heptaméron en particulier, qui se concentrent volontiers sur la représentation du viol2. J’ai préféré tenter de contourner le « viol »3, tant il agit comme un pôle traumatique, attirant irrésistiblement la critique et se dérobant toujours à son emprise4. Le « viol » constitue ainsi une obsession critique et un point aveugle; au contraire, s’interroger sur les modes d’enseignement de textes littéraires potentiellement traumatiques ou choquants requiert que la critique soit le moins possible la proie fascinée du texte. Mais il y a davantage: étudier la nouvelle 35, inoffensive en apparence, à la fois par son registre et par ce qui y est représenté, permet de dissocier la dimension traumatique d’un texte de son contenu référentiel, et de mieux explorer ce qui fait qu’un texte exerce une violence traumatique sur ses lectrices. Autrement dit ce n’est pas le contenu, si horrifique soit-il, qui commande à la dimension traumatique ou non d’un texte, mais bien plutôt sa manière: cette hypothèse sous-tend toute ma lecture. 

Ce que j’appelle la tentation de la référence se retrouve à deux endroits, au moins, de la pratique des textes littéraires. Elle est, d’une part, construite comme ressortissant d’une lecture naïve de la littérature, non-professionnelle ; on la retrouve ainsi chez les élèves et étudiant.es, et chez les enfants5 ; mais c’est également un trope de nombre de textes issus de la critique littéraire féministe, tant chez des militantes et littéraires françaises aujourd’hui que chez des critiques littéraires étatsuniennes des années 1980. Ma démarche s’inscrit alors dans une double perspective : celle, pédagogique, de la transmission des textes, et celle, théorique, de leur analyse, toujours prise entre deux écueils: une lecture structurelle fondée sur l’exclusion de la référence, et son revers référentiel. En croisant les réflexions de Merlin-Kajman avec les propositions de la critique littéraire féministe (en particulier étatsunienne), je tenterai de dégager des possibles pédagogiques pour la lecture de textes apparemment misogynes et traumatiques. 

Je montrerai d’abord en quoi la nouvelle 35 constitue un texte problématique à enseigner: le problème n’est pas tant en effet que le texte soit misogyne mais qu’il soit structurellement traumatique. Or, comme le montre Hélène Merlin-Kajman, la lecture critique telle qu’elle est enseignée en France, loin de permettre une mise à distance de tels textes, fonctionne au contraire sur la reconduction de la part traumatique du texte. Pour Merlin-Kajman, c’est le mépris pour la référence sur laquelle se fonde l’analyse structuraliste, qui permet la relance traumatique. La question qui se pose n’est donc pas « comment enseigner des textes misogynes? » mais: comment prendre en compte la dimension traumatique du texte sans pour autant verser dans une analyse référentialiste, et plus loin, quelles stratégies critiques permettraient de partager ces textes sur un mode non-traumatique? Je propose de lire certaines propositions de la critique féministe étatsunienne comme autant de réponses par anticipation aux problèmes que délimite Merlin-Kajman sur la question de la référence. Dès les années 1970 en effet, des féministes étatsuniennes ont lu ou relu la littérature selon une stratégie consistant à réinjecter de la référence, soit en donnant au contenu une importance particulière, soit en réinvestissant la figure de l’auteure. Si on ne saurait, selon moi, se satisfaire de ce retour à la référence, ces propositions méritent d’être retravaillées afin de forger de nouvelles stratégies de lecture. C’est ce que je me propose de faire avec la stratégie de « lecture par paires » de Nancy K. Miller (ma traduction; Miller 1995) qui consiste à lire chaque texte signé par un homme avec un texte signé par une femme ; plutôt que de coupler la nouvelle 35 avec le texte d’un auteur masculin, je la lirai en regard d’une autre nouvelle, elle narrée par un personnage féminin, et qui reprend des tropes similaires (le comique, l’humiliation de la femme). Lisant ces deux textes ensemble, je montrerai comment l’un permet de déconstruire l’autre, sans en appeler ni à la référence ni au genre de l’auteur.e. 

  1. Uniquement au sein de la « Quatrième journée », qu’on se réfère à la cruauté du sort réservé aux femmes adultères dans les nouvelles 32 (l’épouse fautive est tondue, vit enfermée dans sa chambre avec le squelette de son amant, et chaque soir dîne face au mari honni qui la force à boire dans le crâne de son rival) et 36 (après la découverte de l’adultère, le mari feint un regain d’amour pour son épouse avant de bannir son amant et d’assassiner sa femme). []
  2. C’est le cas de l’ouvrage de Patricia Francis Cholakian, Rape and Writing in the Heptaméron of Marguerite de Navarre (Carbondale, Southern Illinois University Press, 1991) mais aussi des réflexions pédagogiques qui se développent sur les blogs Women & Fiction (voir Anne Grand d’Esnon, « Petit guide littéraire et mythologique pour violer mais pas trop violemment », ⋅ lecture ⋅ culture ⋅ genre ⋅ littérature ⋅, 2016; Anne Grand d’Esnon, « Le viol en littérature: perspectives d’enseignement », ⋅ lecture ⋅ culture ⋅ genre ⋅ littérature ⋅, 2016) et Malaises dans la lecture (voir Maxime Triquenaux, « Ceci (n’)est (pas) un viol. Quelques réflexions sur le point de vue en littérature à partir d’un récit de viol chez Casanova », Imaginaires du pouvoir et de la noblesse (XVIIIe-XIXe), 2018; Anne-Claire Marpeau, « Bel-Ami et les personnages féminins : problématiser le viol dans un cours de français (1 », Malaises dans la lecture, 2018). []
  3. Les guillemets signalent deux choses: d’abord, il s’agit toujours de la représentation d’un viol. En ce sens, c’est du viol comme lieu littéraire dont il est question. Ensuite, « viol » apparaît dans toute sa matérialité langagière dans ce contexte : il s’agit souvent de savoir s’il faut mettre le mot viol sur une scène littéraire, ou non (voir à ce sujet la dernière partie du billet d’Anne Grand d’Esnon, « Le traitement des violences sexuelles en France : état des lieux », in d’Esnon 2016b). []
  4. Voir par exemple le texte de Nancy M. Fredick dans Approaches to teaching Marguerite de Navarre’s Heptameron, éd. Colette H. Winn, New York, Modern Language Association of America, 2007, 247 p., (« Approaches to teaching world literature »), p. 113‑117., qui réduit très rapidement les violences au viol, et ce dans le cadre d’une réflexion sur l’enseignement. []
  5. Hélène Merlin-Kajman, Lire dans la gueule du loup: essai sur une zone à défendre, la littérature, Paris, Gallimard, 2016. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.