Dire les violences patriarcales (1): parole testimoniale et libération de la parole

J’inaugure ici une série sur la façon dont se disent les violences patriarcales dans la littérature contemporaine à l’aune du grand récit contemporain de la « libération de la parole ». À travers une lecture de La familia grande de Camille Kouchner, je propose d’examiner dans ce premier billet comment la parole testimoniale est condamnée à répondre au schéma, à mon sens problématique, de la libération de la parole.

Continuer la lecture de Dire les violences patriarcales (1): parole testimoniale et libération de la parole

La tentation de la référence (2): sur une nouvelle apparemment anodine de Marguerite de Navarre

Après avoir esquissé les problèmes posés par l’enseignement de textes représentant de violences sexuelles et misogynes dans le billet précédent, nous nous plongeons dans la lecture de la nouvelle 35 de l’Heptaméron : où l’on découvre que la nouvelle n’est pas si anodine qu’on croit.

Continuer la lecture de La tentation de la référence (2): sur une nouvelle apparemment anodine de Marguerite de Navarre

La tentation de la référence (1): enseigner des textes représentant des violences misogynes et sexuelles

Ce billet inaugure une série sur l’enseignement des textes représentant des violences misogynes et sexuelles, écrite il y a deux ans mais encore, à bien des égards, en chantier. J’y propose la lecture d’une nouvelle de Marguerite de Navarre par une autre nouvelle de l’Heptaméron (ce que j’appelle, avec Nancy K. Miller, la « lecture par paires »).

Continuer la lecture de La tentation de la référence (1): enseigner des textes représentant des violences misogynes et sexuelles